Quand ça fait du bien de s’exprimer

Les grognons vivent plus longtemps !

 C’est le titre d’un article récent  du site du Matin  et qui présente les résultats étonnants d’une étude publiée dans la revue Health Psychologies.

 

 

L’article explique : « Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le fait de ravaler sa rage et se refréner en cas de stress élèverait davantage la tension artérielle que de brailler un bon coup. Interviewé par le Daily Mail, le directeur de l’équipe allemande, Marcus Mund, précise: «Lorsqu’une situation stressante se présente, le rythme cardiaque ainsi que le pouls sont plus élevés chez les personnes qui se répriment que parmi ceux qui n’hésitent pas à dire ce qu’ils pensent.»-
On y découvre également que des chercheurs ont pu établir que les personnes qui savent extérioriser leurs émotions, auraient une espérance de vie plus longue. Pourquoi? Parce que ceux qui protestent, contestent, rouspètent, déchargent leur colère se retrouvent, au final, moins stressés que les autres, entendez ceux qui gardent tout pour eux. Les scientifiques en auraient ainsi conclu qu’à force de trop intérioriser ses émotions négatives, on risquait davantage d’être victime d’hypertension entre autres maladies cardiovasculaires voire de développer un cancer.

 (et pour lire l’article dans sa totalité  : Etude: Les grognons vivent plus longtemps – Société – lematin.c)

C’est sûr, ça a du bon de se lâcher un peu…

Personne ne niera qu’une bonne colère ça fait du bien parfois ! Au moins à celui qui s’est déchargé….Au mieux à tout le monde si tout le monde est capable de passer au-delà de la forme et de chercher un tantinet à comprendre ce qui se cache derrière l’émotion ainsi lâchée.

Avec modération quand même…

Car de là à devenir le grognon de service, il faut voir… question image donnée aux autres et image perçue de soi-même ce n’est pas forcément la panacée. Sans oublier que :

  • on se  lasse facilement des grognons,
  • on a tendance à éviter les râleurs,
  • on craint vite les nerveux,
  • etc.

Bref, je vois dans cette étude deux opportunités :

  • justifier de son impulsivité
    Ou
  • apprendre à exprimer ses émotions sans les réprimer.

C’est un sujet sur lequel je travaille dans la majorité de mes formations : la bonne gestion des émotions dans notre communication et nos relations aux autres.
Et vous,

- que vous apporterait la possibilité d’exprimer ce que vous pensez sans risquez quoi que ce soit ?

A vos commentaires…et à très bientôt pour développer ce thème à partir de vos retours.

 

 

Posted under: conflits, gestion des émotions, lu pour vous, relations interpersonnelles

Tagged as: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>